Collection  : Le (bien) commun
Collection dirigée par Laëtitia Atlani-Duault, Jean-Pierre Dozon et Laurent Vidal

Aujourd'hui, le (bien) commun s'élabore de plus en plus en dehors du cadre de l'Etat-Nation et se trouve souvent tiraillé entre, d'un côté, la production de normes à vocation universelle et parfois concurrentes et, de l'autre, une fragmentation de mondes sociaux qui revendiquent leurs particularismes et redessinent les visages de l’altérité. Cette collection rassemble des études et essais en sciences sociales (anthropologie, sociologie, économie, sciences politiques, démographie, géographie, etc.) qui s’attachent, sur des terrains multiples, à décrypter cette tension. S’adressant tout à la fois au grand public, aux universitaires et aux chercheurs, ces ouvrages, fondés sur des enquêtes approfondies, offrent ainsi des analyses critiques sur les mécanismes, les logiques et les enjeux contemporains des constructions du (bien) commun.

• ISSN : 22738258
    retrier par titre

Product image
Grégory Daho
La transformation des armées
Enquête sur les relations civilo-militaires en France
Le (bien) commun

Qui sont les officiers des armées modernes ? Comment voient-ils notre monde ? Pourquoi se sont-ils engagés et comment se mobilisent-ils ? Derrière des enjeux aussi cruciaux que la transformation des organisations, la fabrication des doctrines ou les réformes de la politique de défense, l'ouvrage soutient l’hypothèse d’une « revanche des généraux ».



Product image
Fabienne Wateau
On ne badine pas avec le progrès
Barrage et village déplacé au Portugal
Le (bien) commun

Cette pièce de théâtre en trois actes, accompagnée d'une analyse des discours et d’un état des lieux critique, retrace l’histoire récente de la construction d’un barrage au Portugal et du déplacement d’un village et de ses habitants vers d’autres logiques d’occupation des espaces et d’exploitation de l’environnement.



Product image
Jean-François Gossiaux
Les débris épars du progrès
Évolutionnisme vs anthropologie
Le (bien) commun

Les sciences sociales ont trouvé leur inspiration initiale et leurs premières bases théoriques dans l'évolutionnisme. Et celui-ci, même s'il a généralement cessé de constituer un paradigme explicite, continue d'orienter implicitement leurs élaborations et, au delà, les représentations communes de la condition humaine.



Product image
Caroline Huyard
Comment reconnaître autrui ?
Le (bien) commun

Dans l'analyse du monde du travail, des conflits ou des incivilités, la notion de reconnaissance est désormais largement employée mais trop souvent étudiée à partir d'une seule perspective, celle du partenaire qui demande à être reconnu. Ici au contraire est considérée la perspective symétrique, celle de la personne appelée à reconnaître autrui.



Product image
Fanny Chabrol
Prendre soin de sa population
L'exception botswanaise face au sida
Le (bien) commun

Au début des années 2000 le Botswana est le pays du monde qui connaît le plus haut niveau de séroprévalence du VIH. Dans ce pays qualifié d'exception en Afrique, pour son développement économique et son régime démocratique, la politique d’accès aux médicaments est érigée en modèle de prise en charge de la maladie par les instances internationales.



Product image
Sonia Rocha
Allocations sociales et pauvreté au Brésil
Le bon combat ?
Le (bien) commun

Le Brésil occupe de plus en plus d'importance sur la scène internationale suite aux grands changements socio-économiques dont la réduction significative de la pauvreté et de l'inégalité des revenus. L'ouvrage présente la mise en place et l'évolution des différents programmes d'allocations sociales, la Bourse-Famille étant la plus connue.



Product image
Paula Vasquez
Le chavisme
Un militarisme compassionnel
Le (bien) commun

Ce travail est une histoire du « chavisme » et constitue une lecture sociale, anthropologique et politique des vingt-cinq dernières années de l'histoire vénézuélienne.





Agenda

Transformer le monde ?
Lundi 27 mars 2017 • 16-18h

Actualité

15 novembre 2016
Prix R. Cornevin de l'Académie des sciences d'outre-mer

Jean-Pierre Dozon est le lauréat 2016 du Prix d'histoire sur l'Afrique au sud du Sahara décerné par de l'Académie des sciences d'outre-mer.

Le Prix Robert Cornevin lui sera remis le 9 décembre à 15 heures dans les locaux de l'Académie.

 

Afrique en présences met en avant les étapes de la modernité, que l'auteur date du XVe siècle, révise la colonisation, période de « réinvention » des traditions, et montre les potentialités d'une modernité africaine que pourrait incarner un panafricanisme renouvelé.

• Jean-Pierre Dozon, anthropologue, est directeur de recherche émérite à l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et directeur d'études à l’EHESS. Il a travaillé principalement en Afrique de l’Ouest, sur des questions de développement, de santé (notamment sur le sida), sur les problèmes ethniques, sur les entremêlements du politique et du religieux, ainsi que sur les relations franco-africaines et sino-africaines. Il a été de 1994 à 2004 directeur du Centre d’Etudes Africaines (EHESS/CNRS). Il est actuellement Directeur scientifique de la FMSH

Robert Cornevin et l’Afrique
Historien et administrateur en Afrique noire, Robert Cornevin a publié en 1956 Histoire de l'Afrique des origines jusqu'à nos jours, sans équivalent ni précédent, à l’époque. Il a également crée en la revue trimestrielle Afrique contemporaine dont il sera le rédacteur en chef jusqu’en 1985.

 

****************************************

Archives actualités

Revue de presse

Archives revues de presse