Rap, techno, électro…



Rap, techno, électro…

Le musicien entre travail artistique et critique sociale
Morgan Jouvenet



:: Résumé    :: Critiques    :: Détails


Gradhiva. Revue d'anthropologie et de muséologie
« L'université française a mis (trop) longtemps à accepter la légitimité des recherches portant sur des musiques diversement qualifiées de "populaires, de masse, actuelles, amplifiées" ; on ne peut donc que se réjouir de voir publier des thèses qui leur ont été consacrées et devraient permettre d'insérer la réflexion française dans les débats suscités, depuis plusieurs décennies, par ces musiques en Europe et en Amérique. C'est sur cet arrière-plan qu'il convient d’apprécier l’ouvrage de Morgan Jouvenet, issu d’une thèse soutenue en 2003. L’auteur a choisi d’aborder le rap et les musiques électroniques sous l’angle de la production, en liant fort justement production artistique (des genres, de l’œuvre) et production industrielle et commerciale. Il commence donc par…»

• Extrait de la notre critique établie par Denis-Constant Martin dans Gradhiva 6/2007, p. 126-127.
- Denis-Constant Martin, Gradhiva. Revue d'anthropologie et de muséologie

L'Homme. Revue française d'anthropologie
« Au fil de l'analyse, c'est toujours, fondamentalement, de la dialectique des rapports entre groupe et individu qu'il est question : d’un côté l’ancrage des artistes dans des contextes sociaux spécifiques, leur appartenance à une communauté de pairs, la nature résolument collective de leur création, l’adhésion à des conventions expressives partagées ; mais de l’autre côté, et dans le même temps, des prises de parole à la première personne, des défis, un désir obsessionnel de se différencier, la revendication d’une identité irréductible… ».

• Extrait du compte rendu de Monique Jeudy-Ballini paru dans L’Homme, 187-188/2008, [En ligne], mis en ligne le 16 décembre 2008.
- Monique Jeudy-Ballini, L'Homme. Revue française d'anthropologie

Anthropologie et Sociétés
« Pour certains, le rap se limite au "malaise des banlieues" et les musiques électroniques sont synonymes de "tribus droguées de la techno". Tel n'est pas le cas de Morgan Jouvenet, ce sociologue qui refuse ce prêt-à-penser dans lequel des musiciens sont enchaînés aux visions par les phrases et aux phrases par des mots usés. Morgan Jouvenet n'est pas un DJ. Morgan Jouvenet n'est pas un MC. Morgan Jouvenet n'est pas un "haut-parleur". Mais à force de côtoyer des rappeurs et des électronistes, Jouvenet a adopté un langage,…»
- Mouloud Boukala, Anthropologie et Sociétés

111749-16


Agenda

Patrimoines mondialisés
Jeudi 23 mai 2019 de 18h à 20h

Autres titres dans...

la collection :


les domaines :


autre suggestion :

Product image
Auteurs divers
Cahiers de littérature orale, n° 36, 1994
Oralité médiévale