Aller au contenu

Dans la presse

Découvrez les articles de presse autour de l’ouvrage Grossophobie

 

“Grossophobie : « Être bien, c’est pouvoir sortir de chez soi et provoquer de l’indifférence » Le bruit court encore que les personnes grosses sont responsables de leur corpulence. Il ne faut pas l’écouter.”, Notre époque, L’Osb, 10 juin 2021
par Henri Rouillier

“Depuis mars 2020, la pandémie de Covid-19 a été traversée par plusieurs épisodes grossophobes. Le surpoids et l’obésité ayant été identifiés comme des facteurs de risques de développer une version grave de la maladie et d’être hospitalisé et intubé, des voix ont accusé les personnes grosses d’engorger les services de réanimation et d’occuper les lits des personnes plus minces.”

Lire l’article en ligne

“Grossophobie, sociologie d’une discrimination invisible”, Bonnes feuilles, The Conversation, 16 juin 2021

“Cet extrait, qui traite de la réappropriation esthétique de la grosseur, est issu du livre « Grossophobie, sociologie d’une discrimination invisible », publié aux éditions de la Maison des sciences de l’homme le 10 juin 2021. Avec cet ouvrage, Solenne Carof signe une des premières études sociologiques sur la grossophobie en France. Que vivent les personnes très corpulentes dans une société comme la nôtre ? Que révèle le stigmate de gros ou de grosse des normes qui pèsent différemment sur les hommes et sur les femmes ? Quelles conséquences cette stigmatisation a-t-elle sur les personnes concernées ? Au fil de son enquête, l’autrice dévoile les rapports de pouvoir qui se nichent dans la question du poids et structurent les hiérarchies propres à notre société.”

Lire l’article en ligne sur The Conversation