Ce que la religion fait aux gens



Ce que la religion fait aux gens

Sociologie des croyances intimes



:: Résumé    :: Sommaire    :: Critiques    :: Compléments    :: Détails


« Une analyse nécéssaire à l'heure où la société connaît un repli du sentiment religieux, entraînant un processus de relâchement du lien social que permet la religion, dont l'une des étymologies latines est d'ailleurs religare ("relier")».

Note critique de Mélanie Nunes parue dans Le Monde des religions, bimestriel, sept.-oct. 2013.

«Dans la lignée des études sociologiques questionnant les liens entre religion et modernité, et se refusant à accepter sans l'interroger la thèse de la « sécularisation » des sociétés, Anne Gotman étudie la religion en partant du postulat que plus qu’en voie de disparition, celle-ci est au contraire en permanente recomposition…Enfin, point qui mérite d’être souligné, son étude montre à quel point les analyses classiques des pratiques religieuses ignorent de nombreuses manières pour les fidèles de vivre leur religion. Un défaut qui peut conduire à conclure sur une disparition du religieux, alors qu’il faudrait plutôt considérer le "caractère multiforme des fidélités religieuses" ».

Extrait du compte rendu de Marion Maudet mis en ligne sur Lectures, les comptes rendus, le 26 juil. 2013 (§ 1 et 6).

«Chacun jugera aussi de l'apport de ce type d’étude à la compréhension de l’expérience religieuse, voire à l’élucidation de ce qu’est la religion.  Une douzaine de témoignages n’ébranleront pas les colonnes de l’académie. Mais il faut souligner d’emblée la richesse et la pertinence de ce travail intelligent et empathique, qui ne se prive pas de riches et abondantes références théoriques.   On ne sait évidemment pas ce que révélerait une telle enquête menée auprès de témoins plus « convaincus », ou même qui auraient « fait vœu de théologie » (p. 273). Ou encore auprès de croyants engagés dans des cheminements d’allure mystique, voire ascétique. Peut-être aussi de croyants issus d’autres traditions religieuses, voire recrutés en dehors du contexte français. Mais c’est déjà énorme de traiter concrètement du religieux comme le fait Anne Gotman, sans parti pris, sans volonté de démonstration. Il faut souhaiter que cette voie soit davantage fréquentée et explorée : elle est prometteuse.»

Extrait du compte rendu de Pierre Lucier, Université du Québec à Montréal, posté sur le site Religiologiques, juil. 2014



Autres titres dans...

la collection :

: 54

les domaines :


autre suggestion :

Product image
Jean-Daniel Rainhorn, Samira El Boudamoussi
New Cannibal Markets
Globalization and Commodification of the Human Body
54