L'origine est aux frontières



L'origine est aux frontières

Les Aït Ba'amran, un exil en terre d'arganiers (Sud Maroc)



:: Résumé    :: Sommaire    :: Critiques    :: Compléments    :: Détails


Remerciements
Préambule

Introduction
Des berbères et de l'origine – L'étranger fondateur – Des régimes d'historicité au Maroc - Des modes de spatialité au Maroc – La frontière : du mythe du jihad aux gestes rituels – Les Aït Ba'amran dans le Maroc d'aujourd'hui – De l'ethnologie de la nature à l'ethnologie des frontières – Quand les contraintes du terrain marocain induisent le paradigme – Architecture de l'ouvrage : de l'exil à la parenté

PREMIERE PARTIE : DE L'EXIL AU JIHAD
I. L'exil de l'histoire
La segmentation commerciale et religieuse du territoire – Une histoire bâtie sur le jihad – Les issuqin : autochtones ou métisses du sultan ? – Les bannis font l'histoire
II. Saints faiseurs de frontières
Ces saints venus d'ailleurs – Quand l'itinéraire des saints trace les frontières des tribus – Des frontières sanctuarisées – L'étendue du charisme du saint
III. Et le jihad fonda le territoire !
L’empreinte des chrétiens sur les ruines du passé – La mémoire du jihad et l’oubli des razzias – La conquête religieuse du sol – La commémoration rituelle du jihad aux frontières
IV. Le corps des femmes aux frontières
Aux frontières du territoire et du corps – Les stigmates de la honte – Se souvenir du jihad et guérir de la honte – Le jihad contre soi

DEUXIEME PARTIE : DE LA FORET À LA CULTURE
V. Parler et penser par la forêt
D’un babil motivé à une langue innée – L’école buissonnière de la parole – La forêt ou le monde domestique des génies – La langue menacée par les êtres de la forêt
VI. Saints domesticateurs de l’environnement
Quand les saints délimitent le terroir des humains et celui des jnoun – La frontière comme pôle rituel de la domestication – Beldi/roumi : la production locale, un juste milieu entre Occident et monde des jnoun
VII. Des forêts sanctuaires aux pâturages des chrétiens
L’arganeraie des chorfa : sanctuaire écologique ou paysage effrayant ? – La dénégation du rôle de l’anthropisation dans le développement des forêts sanctuaires – Les pâturages des chrétiens

TROISIEME PARTIE : DE LA TERRE AU SANG
VIII. La construction territoriale des catégories sociales
Le territoire des laïcs : un espace agricole et horticole morcelé par les mariages – Le territoire des issuqin : un espace réparti entre lignages dans l’unité des morts – Le territoire des chorfa : un espace indivis construit autour d’une généalogie – La vallée de Imi Ougouni : un exemple d’indivision entre les trois catégories sociales – Synthèse-Parenté, territoire et catégories sociales  : un nouveau regard sur le Maroc
IX. Rejouer l’histoire du sol dans le paysage
Le souvenir des ancêtres au fil du temps généalogique de l’indivision – Vues sur les ruines : la temporalité coloniale de l’histoire de l’autochtonie – L’autre histoire du sol : le rituel de commémoration du saint des chorfa
X. Comment devient-on descendant du prophète ?
Les raisons de l’accueil des bannis et le rôle du mariage – La parenté par héritage : du géniteur au fondateur – Le banni et le renouvellement des valeurs sociales et historiques du chérifisme

Conclusion - Refonder l’origine par l’accueil d’étrangers aux frontières
Le fardeau du chérifisme – Le perpétuel recommencement des origines aux frontières

9782735113163


Autres titres dans...

la collection :


les domaines :


autre suggestion :

Product image
Valérie Rolle
L'art de tatouer
La pratique d'un métier créatif
Ethnologie de la France n° 34